RadioTepee est un laboratoire de création et d'expérimentation radiophonique, dédié à l'émergence d'objets hybrides au croisement de la littérature, de la poésie, de la recherche sonore et musicale.

Cette web-radio est portée et animée par la compagnie théâtrale Atelier hors champ.

C'est d'abord un espace physique de création, de répétition, d'enregistrement et d'atelier, abrité par La Fonderie au Mans. Ce laboratoire de création est structuré par l'existence de cette web-radio qui est la caisse de résonance des créations, l'espace numérique de leur diffusion et de leur archivage.

RadioTepee est aussi un espace mobile qui peut se greffer de façon ponctuelle sur des situations sonores (concerts, conférences...), mais elle se destine avant tout à inventer, là où elle se pose et à l'écoute des contextes, des situations inouïes de rencontres et d'expérimentations. Elle considère l'improvisation comme une disponibilité à accueillir, à sonder et à activer le réel dans toutes ses profondeurs de champ.

Elle considère que conserver le spectre d'une voix est une activité précieuse et sérieuse, qu'archiver des sons rares ou des musiques oubliées est d'utilité publique et que ces voix qui nous parviennent opèrent magiquement.

Nous pensons que le mot "radio" est encore un mot peuplé.

Nous pensons qu'il est à la fois l'écrin de la parole et le lieu de l'adresse la plus large et qu'il fait exister ce fil invisible et vivant entre ceux qui émettent et ceux qui écoutent. C'est aussi dans la fibre et la texture des voix que se love le sens - dans la nuit des voix et dans leur bain, nos propres visions se déploient et fabriquent des contrepoints à la puissance des images.

Nous pensons qu'une radio peut charrier le cours du récit collectif en train de s'écrire et qu'elle permet d'opposer une polyphonie de voix et de réels à ce qui nous sidère et nous isole.

Nous pensons qu'une radio est le lieu d'une douce résistance et d'un rassemblement possible, qu'elle conserve, par-delà la saturation des médias, sa puissance de relai et d'appel.

Faire naître RadioTepee est la continuité naturelle des gestes de la compagnie qui cherche depuis plusieurs années, à partir de textes contemporains ou d'écrits singuliers, des formes hybrides de plateaux, des oratorios, dans lesquels la voix et la musique, la polyphonie, la choralité tiennent une place essentielles. On peut retrouver les travaux théâtraux et sonores de la compagnie sur le site www.atelierhorschamp.org.

C'est évidemment une façon de faire naître un lieu, ou plutôt, deux lieux en miroir : l'un physique et l'autre numérique, en vue d'y réunir et d'ouvrir le cercle des artistes, des lecteurs, des auditeurs qui contribuent à notre travail ou qui l'accompagnent, de témoigner de la fertilité des rencontres passées et futures.

C'est donc une forme de campement, le cercle rudimentaire qui invite et réunit autour d'un foyer dont le point chaud est le partage des textes, des sons, du travail.

Un assemblage et un refuge pour convoquer et activer l'expérimentation.

Et les amitiés. Non pas celles des petits arrangements mais celles qui transforme et accélère notre vie parce qu'elles nous ont fait entrevoir les mondes qu'elles avaient explorés et les libertés qu'elles avaient osées prendre. Ces amitiés, fraternités et filiations, prennent aussi pour nous la forme d'un poème ou d'un objet sonore dont on ne rencontrera peut-être jamais l'auteur. C'est ce qu'on appelle une reconnaissance.

On l'aura donc compris, RadioTepee ne diffuse que des contenus originaux, réalisés pour RadioTepee par nous, par d'autres, avec d'autres. C'est un espace dédié à la création artistique qui prend la forme de radiodiffusions. Elle ne diffuse pas de chanson française à trois heures du matin pour combler sa grille et son programme de diffusion est libre. Elle n'émet pas en continu, elle n'est pas répertoriée comme radio. Elle se donne le droit de diffuser une demi-heure de silence, un quart d'heure de morse joué au piano ou douze heures de texte si ça lui parait important.

Grâce à l'outil du son, RadioTepee essaye aussi de créer des connexions sensibles en intelligence avec les gens, là où elle habite et travaille - c'est ce qu'on appelle un territoire. Et elle se modifie et elle apprend beaucoup à la lumière de ces relations et croie à l'importance de ces modifications mutuelles infimes et invisibles - c'est ce qu'on appelle un projet de médiation, une action culturelle, un atelier de pratique artistique.

Cette année, par exemple, elle génère et documente un dialogue de questions nées de l'époque, parlées par des enfants et des adultes (Le bruit du temps), elle inaugure à l'automne sa bibliothèque orale en initiant des Cycles de lectures (Feministan...), elle organise des salons d'écoute physique (à La Fonderie au Mans, ou ailleurs) et en live numériques (Le cabinet des curiosités), elle dé-archive des sons enfouis de musiques du monde, elle créé des pièces radiophoniques (Le monde est rond, d'après Gertrude Stein), elle relaie et abrite des expériences inédites ou elle en provoque (Abris) ; elle fait travailler et met en partage des écritures qu'elle aime, qui sont, parfois, singulières ou minoritaires.

Par la suite, nous souhaitons dessiner une carte physique, faite de plusieurs points d'écoute, en relai avec plusieurs lieux.

Grâce au blog en fin de site, on peut suivre le fil des créations, des ateliers, des invitations ou des salons d'écoute à venir.

Grâce à la page contact, on peut nous proposer un café, d'être le relai d'une idée ou d'un projet sonore en considérant avec beaucoup de calme le temps de notre réponse.

On peut aussi nous léguer sa fortune ou son Shoeps MSTC 64 U. Nous conservons des outils analogiques ou numériques (Revox, Dat, Minidisc...), qui permettent d'accéder à des bandes audios parfois enfouies...

Heureusement, l'existence de RadioTepee est étayé par l'existence et par le soutien de La Fonderie au Mans, qui lui fait hospitalité pour les répétitions, les enregistrements, les ateliers... et RadioTepee souhaite aussi faire hospitalité à la Fonderie.

Heureusement, le Département de la Sarthe et la Drac Territoire nous aident à mener ce travail pour sa première année d'existence - qu'ils en soient remerciés ici.

Nos fonds propres et notre intime conviction font, pour l'instant, le reste.